VIEUX CIMETIÈRE (TALKHA)

Objets historiques

Lieu du service fourni

Ville de Šiauliai

Le cimetière se trouve à côté du lac Talkšos et occupe un territoire de 4,46 ha. Le cimetière est composé de trois parties : catholique, orthodoxe et athée.
L’Ancien cimetière n’est pas le plus vieux cimetière de paroisse. Le premier étant celui jouxtant la cathédrale et ses pentes.
Le fait que le nouveau cimetière fut créé loin de l’église est dû d’une part au manque de place dans le cimetière existant et d’autre part pour des questions sanitaires. Le nouveau cimetière s’établira un peu plus loin de la ville, sur la colline Saint Jean. Sur la colline il y avait une chapelle en bois de forme de croix. Elle brûla vers 1970.
En fait, le nouveau cimetière devint un lieu d’enterrement massif quand on commença à y inhumer en 1831 les victimes du choléra. Une des plus vieilles pierres tombales, visible sur une élévation de l’ancien cimetière, près de l’ancienne chapelle, indique la date de 1801. Les plus anciennes tombes sont des caveaux funéraires familiaux. Ils sont nombreux autour de l’ancienne chapelle, sur les pentes de l’ancien cimetière. Comme les inscriptions sur les façades des caveaux funéraires ont disparu, il ne reste qu’à supposer que les premiers caveaux funéraires furent construits à la charnière du XVIIIe – XIXe siècle et la plupart d’eux furent construits à la fin du XIXe siècle.
En 1905 le cimetière était déjà complètement rempli. L’extension du cimetière a été faite vers le lac.
Lors de l’été 1944, lorsque la ville a subi le bombardement aérien soviétique, des dizaines de bombes larguées sont tombées sur le cimetière, surtout sur sa partie la plus ancienne. De nombreux mausolées et tombes ont été détruits ou détériorés.
En 1945, le Comité exécutif de la ville de Šiauliai, au motif que le cimetière était laissé à l’abandon, que l’inhumation des corps se faisait anarchiquement, qu’il était complètement rempli, décida de le fermer. L’inhumation était autorisée uniquement dans les caveaux funéraires familiaux, ou dans des tombes familiales renfermées s’il n’y avait pas d’enterrement durant 15 ans.
Depuis 1959, on ne peut plus inhumer officiellement dans l’ancien cimetière.
De nombreuses personnes célèbres y sont enterrées (professeurs, prêtres, ingénieurs, juristes, artistes, médecins, soldats). Le corps du poète Juozas Miliauskas-Miglovara, un participant actif du mouvement national y fut enterré.
Reposent en paix dans ce cimetière : Stasys Šalkauskis, professeur, éducateur, philosophe et dernier recteur de l’Université Vytauto Didžiojo (Université Vytautas Magnus) en Lituanie indépendante ; Kazimieras Venclauskis, avocat, membre actif social-démocrate ; Adomas Tuchto éducateur et enseignant des enfants des comptes Zubovai ; Ignacas Štachas, l’apôtre abstème.
La première inhumation dans la partie orthodoxe du cimetière fut fixée en 1863 quant les soldats de l’armé tsariste (19 soldats et 3 officiers) endiguant une émeute sont morts et y furent enterrés.

Témoignages

Commentaire